Les meilleurs placements selon son âge

Quels sont les meilleurs placements selon son âge ? Comment se construire un patrimoine ? A quel âge commencer ? Quelles les solutions d’épargne selon son âge ? Quand commencer à préparer sa retraite ? Acheter ou louer son logement ? Beaucoup de questions auxquelles je vais tenter de répondre.

Tout d’abord, il n’y a pas d’âge pour commencer à épargner et à se constituer un patrimoine. Dès la naissance d’un enfant, ses parents peuvent commencer à épargner pour lui, avec la durée l’effort sera plus faible mais lorsqu’il sera en âge pour en profiter, il aura déjà à sa disposition un joli pécule.

La construction d’un patrimoine ne se fait pas au même rythme tout au long de sa vie, le début de la vie professionnelle correspond à la période où il faut se loger pour la première fois la plupart du temps, s’équiper, etc., les besoins sont plus importants.

Nous allons passer en revue les différents stades de la vie, et les possibilités en termes d’épargne et de placements.

Croissance finances personnelles

 

 

Placer à 5 ans

 

Placer à 5 ans ! Mais je devrais surtout dire, placer dès la naissance !! A cet âge on a le temps de voir venir et de se préoccuper du financement de ses études et pourtant pour les parents, c’est exactement à partir de là qu’il faut s’en soucier pour aider son enfants, parce que les efforts seront faibles s’ils commencent à placer quelques dizaines d’euros par mois.

Comment placer cet argent ? Les livrets d’épargne n’apportent que peu d’intérêts actuellement, mais certaines banques offrent des solutions avec des primes de naissance. Votre enfant a vraiment du temps devant lui avant d’en avoir besoin, alors pourquoi ne pas ouvrir une assurance vie pour placer cet argent ? Le contrat permettra d’avoir une fiscalité avantageuse, pas de plafond de versement et pour éviter qu’à ses 18 ans il dépense tout le contenu sur un coup de tête, vous pouvez définir une clause prévoyant un âge minimum pour retirer les fonds (maximum 25 ans).

Avec cette solution, les parents ou grands-parents peuvent faire des versements régulièrement.

Une fois choisi le contrat, vous devrez choisir les supports sur lesquels vous allez investir votre épargne. Avec une perspective à long terme, voire très long terme dans le cadre d’une souscription à la naissance, vous pouvez investir une partie sur des supports boursiers, attention à bien choisir le support : Il y a-t-il des frais de versement ? Frais de gestion ? A combien se montent ces frais ? Ceux-ci peuvent avoir une grosse répercussion sur la rentabilité.

N’hésitez-pas à retourner lire mon article sur les meilleurs placements pour son enfants.

 

Placer à 20 ans

 

A 20 ans on suit des études, on entre dans la vie active, dans les deux cas, les dépenses sont importantes : remboursement de crédits étudiants, achat d’une voiture, frais d’installation, etc. Les moyens sont en général limités mais il peut être intéressant d’ouvrir des produits d’épargne de base afin d’y placer des petites sommes ou des produits qui offrent une fiscalité intéressante passé une certaine durée, ainsi le fait de l’ouvrir tôt, vous bénéficierez plus rapidement de la fiscalité, par exemple une assurance vie ou un PEA.

Vous pouvez ouvrir des livrets d’épargne, et pourquoi pas faire des versements automatiques, chaque mois ? Ces livrets permettent de conserver de l’argent disponible avec une rémunération, certes faible, mais l’important à cet âge et d’avoir de l’argent disponible à tout moment.

Vous pouvez également opter pour un livret d’épargne fiscalisé, qui offre un taux boosté sur quelques mois et parfois une prime de bienvenue. Attention, vous devrez vous acquitter des prélèvements sociaux (15,5%) et déclarer les intérêts perçus sur votre déclaration de revenus.

Tout savoir sur le PEA.

Tout savoir sur le placement d’argent à court terme.

 

Placer à 30 ans

 

A 30 ans, vous avez commencé votre carrière professionnelle depuis quelques années, votre salaire a peut-être augmenté ou alors vous avez des possibilités d’évolution de carrière, de salaire. Il faut penser à consolider votre patrimoine : avoir une épargne accessible pour faire face aux imprévus, comme des livrets et surtout commencer, si ce n’est déjà fait, à penser à l’immobilier. L’investissement immobilier est l’un des rares investissements qui peut être fait à crédit, parfois 100% à crédit, sans avoir à piocher dans son épargne. Bien entendu, selon la région ou la ville où vous résidez, il faudra réfléchir ce qui est le plus avantageux pour vous : louer ou acheter. Mais l’immobilier reste un investissement important, auquel il faut s’intéresser très vite, pour votre résidence principale ou pour mettre en location.

Pensez à bien choisir votre assurance emprunteur qui remboursera vos mensualités à votre place s’il vous arrive un accident couvert par le contrat. Pour tout savoir sur les assurances emprunteurs.

A 30 ans il ne faut pas négliger les placements financiers et en particulier les investissements en bourse. Pensez, si ce n’est déjà fait, ouvrir un PEA pour prendre date et faire des investissements programmés, chaque mois.

Alors, acheter ou louer son logement ? En terme de patrimoine, il est plus sage d’être propriétaire de sa résidence principale. Mais pour conserver un certain niveau de vie, il est préférable de louer, en effet, selon votre capacité d’emprunt, il est plus judicieux de louer un bien avec un loyer plus faible que de prendre un crédit qui vous laissera un reste vivre plus faible. Dans certaines villes, la location permet d’avoir des logements plus grand à budget équivalent qu’un achat à crédit. A chacun de juger.

 

Placer à 40 ans

 

A 40 ans vous arrivez dans une période de 15 à 20 ans où votre salaire sera le plus élevé de votre carrière, vous avez une plus forte capacité d’épargne, vous pouvez commencer à penser « Retraite ». Pour préparer votre retraite et bénéficier à l’âge venu d’un complément de revenu, il y a différentes possibilités : vous pouvez augmenter votre effort d’épargne sur vos contrats d’assurance vie ou sur votre PEA (versement programmé chaque mois). Pour le PEA, vous pouvez investir sur des sicav ou des Trackers, qui sont gérés par des gestionnaires de fonds et permettent une répartition du risque du fait d’être investi sur différents secteurs, pays, actions.

Article : L’essentiel pour démarrer en Bourse.

Tout savoir sur les trackers.

L’investissement dans un Plan d’Epargne Retraite Populaire (PERP), permet de déduire les versements effectués des revenus imposables, dans la limite de 10% des revenus. Il faudra choisir un fond qui offre une bonne rentabilité, sans trop de frais. Une fois à la retraite, la sortie du PERP se fera sous forme de rente avec la possibilité de récupérer 20% du capital.

40 ans c’est aussi l’âge où on peut envisager un investissement immobilier destiné à la location. L’idée est d’acheter un bien, appartement ou maison, destiné à la location, pour lequel les loyers couvriront une bonne partie, voire la totalité de la mensualité du crédit. Ainsi, passés les 15, 20 ou 25 ans du crédit, une fois arrivé à l’âge de la retraite, les loyers perçus viendront en complément de votre retraite.

Il existe différentes formes d’investissements dans l’immobilier, neuf ou anciens, dont certains offrent en plus une fiscalité attractive et permettent de bénéficier d’une baisse de votre impôt sur le revenu si vous louer votre bien pendant une certaine durée, en général au moins 9 ans : Défiscalisation Pinel (ex Duflot), LMNP (Loueur en Meublés Non professionnel), Censi-boulevard (résidence de tourisme), LMP (Loueur en Meublé Professionnel).

Si vous ne souhaitez pas investir en direct dans l’immobilier, vous pouvez opter pour la « pierre papier », SCPI, (Société Civile de Placement Immobilier) qui permettent d’investir dans l’immobilier en particulier d’entreprise (bureaux, commerces), en choisissant son montant, sans se soucier de la gestion du bien, pris en charge par un gestionnaire. La rentabilité est en général de 5%, les loyers sont payés chaque trimestre. Comme pour un bien immobilier, vous pouvez prendre un crédit pour investir dans des SCPI (Pour tout savoir sur les SCPI).

 

Placer à 50 ans

 

A 50 ans, vous avez peut être remboursé intégralement le crédit de votre résidence principale. Vous pouvez optimiser votre cessation d’activité et finir de préparer votre retraite. Si vous êtes fortement imposé, vous pouvez penser à souscrire un PERP ou effectuer des investissements immobiliers pouvant être défiscalisé comme je l’ai évoqué dans le paragraphe consacré aux « 40 ans ». 50 ans étant l’âge où on présente une plus forte capacité d’épargne qu’à 40 ans.

 

Placer à plus de 60 ans

 

A plus de 60 ans, on est à la retraite ou on se prépare à la prendre. Les revenus perçus des organismes de retraite sont inférieurs aux derniers salaires de votre carrière professionnelle, mais c’est aussi l’âge où les dépenses peuvent avoir diminuées : résidence principale payée, enfants qui ont terminés leurs études. C’est l’âge où on souhaite maintenir son niveau de vie en effectuant des investissements, ou on souhaite commencer à préparer la transmission de patrimoine ou épargner pour financer une éventuelle dépendance liée au vieillissement ou à la maladie.

Il existe des contrats de prévoyance permettant d’obtenir une rente de dépendance (besoin d’une aide à domicile, pension d’une maison de retraite médicalisée).

Il existe également des contrats d’assurance vie avec des options « Dépendance » qui permettent d’obtenir un capital plus important si ce risque survient.

Il faut aussi voir du côté de la sortie en rente viagère : A la sortie d’un contrat d’assurance vie, vous avez la possibilité de récupérer le capital ou de toucher une rente viagère : l’assureur conserve le capital mais s’engage à vous verser une rente, sans limite de durée. C’est-à-dire que selon que vous vivez plus ou moins longtemps, vous pourriez toucher plus que le capital que vous aviez initialement placé !

Ce qu’il faut retenir

Bonne idée finances personnelles

  • Il n’y a pas d’âge pour commencer à épargner.
  •  A chaque période de la vie son objectif.

 

 

Commentaires

  • Crystal dit :

    C’est vrai qu’il n’y a pas d’âge précis pour commencer à épargner ! Je pense que c’est plus bénéfique de commencer tôt que d’attendre 🙂

  • Julien dit :

    Bonjour,
    Merci pour l’article. Je trouve que c’est utile d’inculquer cela à nos enfants, dès leur plus jeune âge. C’est ce que je fais avec mon neveu de 18 ans. Je vais lui proposer de lire ton article en tout cas. Ça devrait l’intéresser, car il compte aussi faire un placement bientôt.

  • Stephanie dit :

    C’est un raisonnement qui se tient 🙂 ! J’ai 26 ans et à part mon épargne, je ne dispose que d’une assurance vie. Je pense qu’il devient urgent que je commence à diversifier mes placements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *